Le potier, Martinique, village de la poterie

Publié le par Mamjo

Au domaine du château Gaillard.

                Pains d'argile et Joseph devant son "tour".


Après avoir « battu » la terre de façon à la désaérer et la rendre homogène,
le potier comprime une boule ronde qu'il place au centre du plateau du tour appelé "girelle". La boule est alors montée pour former un cylindre. Pour creuser cette nouvelle forme, le potier laisse descendre un doigt au centre du bloc d'argile. A l'aide de la main gauche placée à l'intérieur, il monte les bourrelets de terre en poussant vers l'extérieur, alors que la main droite, placée à l'extérieur au pied de l'objet, guide la terre vers le haut. Le bord du plat est ensuite formé à l'aide des deux mains puis la pièce est séparée de la girelle avec un mince fil métallique glissé à la base. Elle est enfin prête pour la cuisson, réalisée dans des fours pouvant atteindre une température de 1 200 °C.
Plusieurs étapes dans le travail :
le façonnage: travail de la terre, l
e séchage, la première cuisson, 950 °C en 10 à 12 heures suivant la charge, la peinture décor et l'émaillage par trempage ou à la louche puis la seconde cuisson de 12 à 15 heures à environ 1200 °C.


                             Le voici à l'oeuvre.



Son atelier de dessin, avant 2ème cuisson des objets.
 


Quelques-unes de ses oeuvres.



 


 

Publié dans Martinique

Commenter cet article